Christian Laborde

> Performances > sur les planches

sur les planches

le 01/01/2019


 

 


 "Un poète raconté par un autre poète"

Hélène Nougaro

 

 

 


 
 

 

 

Sur les planches

je raconte Claude

et je dis Nougaro


 

Je suis  un conteur

un costaud de la luette

ah luette gentille luette

ah luette donne-moi des mots

des mots chauds

comme les  bosses du chameau

 


Le conteur a une mémoire d'éléphant et du langue d'oiseau.

 

Une partie de la bouche se nomme le palais: la noblesse est dans la bouche


Je suis le rejeton   d’une tribu  montagnarde et océanique  qui tchatche et  braille depuis belle lurette sous la lune. Je me souviens de  Claude Nougaro, à Mont-de-Marsan, après le concert, levant les yeux vers la ciel, matant la lune et disant: "La lune belle comme un cul de négresse à plateau d'argent".

 

Pas de musique, pas d'éclairage, nul artifice, Nougaro by Laborde, c'est le texte nu,  sur ses appuis, confiant dans ses tendons, jouant de ses vertèbres, vêtu de sa seule chair.  

 


 


 "Christian Laborde est mon frère de race mentale, c'est un poète, c'est-à-dire un homme qui parle une langue de couleurs à délivrer les grands baisers de l'âme." C.N.

 

 

 

 

 

 Prof  de lettres

Paroles: Claude Nougaro

Musique: Bernard Lubat

 


                                                                                                                                                                                                      

Je  m'appelle Christian Laborde, prof de Lettres
J'exerce mon métier près de Lannemezan
Amoureux de ma femme, Marie Christine, l'être
Qui fit de moi un enfant
Ainsi chaque matin je reviens à l'école
J'adore m'étudier devant les étudiants
À ce public de rock, il faut une parole
Qui roule et bouge en dedans

Silence au fond. On peut s'asseoir
Ouvrez vos yeux, tendez l'oreille
Je vous promets mots et merveilles
La saveur salée du savoir
Cherchez l'idée au cœur des mots
Au port des sons, jetez votre ancre
Et n'oubliez, chers petits cancres
Le vrai n'est rien s'il n'est le beau
Le vrai n'est rien s'il n'est le beau

Je m'appelle Christian Laborde, prof de lettres
Mon rêve, ce serait une baraque à Pau
Les Pyrénées pèlerinant dans ma fenêtre
Diadème de cimes, virginal troupeau
Toutes ces tours d'ivoire me verraient apparaître
Avec ma gueule d'encre et mes yeux de rayons,
Et j'improviserais devant le Temps, mon maître,
Un cours de longue haleine du haut de mon balcon

L'on se tait. Va t on se taire. Se tait on?
Il serait temps d'aller en boîte
On va se mettre Kenneth White
Sur la sono de l'émotion
C'est un trappeur de sortilèges
Un chasseur de peaux de visions
L'horizon est son diapason
Il n'écrit que sur de la neige
Il n'écrit que sur de la neige

Eh oui, c'est moi Laborde, prof de lettres françaises
Et d'occitan aussi à la récréation
Je m'en vais acheter une glace à la fraise
Pour ma fille, Elisabeth, perle de la création
Au volant de ma tire, attachez vos ceintures
Je fonce dans le chou de la pâtisserie
Ne vous inquiétez pas, mes réflexes sont sûrs,
Je manie le ping pong de ma langue, pardi
Je manie le ping pong de ma langue, pardi

 

 


 

 

Les dates...

 

 


                                      

 

 


 - Mercredi 27 février 2019: Saint-Lary

 

 

 

 

 

 

 


Contact