Christian Laborde

> Presse > Presse

Presse

le 11/11/2016


 

« Christian Laborde est mon frère de race mentale. C’est un poète, c’est-à-dire un homme qui parle une langue de couleurs à délivrer les grands baisers de l’âme. »

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                        CLAUDE  NOUGARO

 

 

 


    « Votre roman, déjà lu deux fois, est beau. Et la beauté de Laure d’Astarac restera dans notre mémoire. »

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                   ANDRE PIEYRE DEMANDIARGUES

 

L’Os de Dionysos




L’Os de Dionysos a été censuré en 1987 pour :
-« trouble à l’ordre public »
-« incitation au désordre et à la moquerie »
-« danger pour la jeunesse en pleine formation physique et morale »
-« pornographie »
-« lubricité »
-« paganisme »
-« abus de mots baroques »

 



 

Censuré, l’auteur a été immédiatement suspendu de ses fonctions de « prof de lettres françaises/ et d’occitan aussi à la récréation »(Claude Nougaro, Prof de lettres). Une sagaie de L’Os   avait provoqué l’ire du ministre de l’Education nationale. La voici : « Recteur, recta, rectum, voie hiérarchique, voie naturelle »

 

 

 

L'os de Dionysos au théâtre

 

 

 

Autres distinctions, médailles et fourragères

 

 

 

1985 : Grand Prix de Littérature de l’Académie Charles Cros pour Claude Nougaro, l’homme aux semelles de swing (Editions Privat)

2010 :  Médaille du Tour de France par Bernard Hinault pour l'ensemble de ses livres consacrés à la Grande Boucle au départ de l’étape Pau-Col du Tourmalet.

2013 : Prix Luis Nucéra pour Tour de France Nostalgie (Editions Hors Collection)

2016 : Vigneron d’Honneur de la Viguerie Royale du Madiran

2017 : Prix Jacques Lacroix de l’Académie Française pour La Cause des vaches (Editions du Rocher)

 

 


 


 

 

 


 « Christian Laborde, homme de poésie comme on dit homme d’armes, toujours prêt à tirer sa rapière, inlassable mousquetaire de la beauté, arborescence de rocaille, cataracte de mots, tout revêtu de rosée, de grâce vélocipédique, de baroque, d’heures fougueuses, de rythmes, de crêpes noirs ou rutilants, d’écorce de Delteil, de foi universelle en la nature, les ours, la danse, la langue, la musique.»  

                                                                                                                                                                                                                                                                                                 LOUIS NUCERA, Les contes du Lapin agile



« A la réflexion, Laborde, révérence gardée, est un lascar des Lettres Françaises quand tant d’autres, dont on fait si grand cas aujourd’hui, n’en sont que les poupées gonflables. Laborde est un romancier de tempérament, qui doit avoir beaucoup d’ennemis, comme il est d’usage pour tout bon écrivain. Il est porteur d’un univers. Davantage révolté que révolutionnaire, anti-conformiste qui ne se soumet pas, il est de la famille des Barbey d’Aurevilly, des Bernanos. Ses petits frères s’appellent Sébastien Lapaque et Jérôme Leroy. Il s’agit, on le voit, d’un gentlemen et ne l’est point qui veut.Bref, comme d’habitude, il faudra cinquante ans pour que les crétins et les jaloux l’admettent, mais en  cette détestable époque, Laborde est un de nos rares bons écrivains. »   

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 FREDERIC H. FAJARDIE



« Connu de nos services de police pour érotomanie publique et manifeste depuis l'interdiction de "L'Os de Dionysos" en 1987, Christian Laborde est un dangereux obsédé textuel »

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                    FREDERIC BEIGBEDER



« De Claude Nougaro, son ami, son modèle, auquel il a consacré des livres filiaux et dont il transmet la bonne parole de ville en ville (il exaltera « l’Homme aux semelles de swing » au Festival d’Avignon), l’intranquille et réfractaire Christian Laborde a hérité de l’art de jongler avec les mots, la fibre jazzy, le physique de boxeur et l’accent tonique du Sud-Ouest. Même quand il râle, fulmine et part en guerre, on dirait qu’il chante, danse et s’esclaffe. »


                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             JERÔME GARCIN



« Ce qui frappe chez Christian Laborde, troubadour de l’Adour, swingueur intempestif qui a su faire à l’occasion danser la langue avec ses compatriotes et amis du Sud-Ouest comme Nougaro ou le jazzman Bernard Lubat, c’est une forme de constance. Il est toujours en guerre, depuis presque trente ans, contre l’ennemi le plus dangereux qui soit: le désenchantement du monde »

    
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             JERÔME LEROY



«Fantasque, insolent, forte tête, Christian Laborde est un personnage à part de la littérature française.»


                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             GILLES MARTIN-CHAUFFIER



"François Rabelais a un fils, il s’appelle Christian Laborde. Même insolence, même verve, même joie. Même façon de bousculer la langue, de faire swinguer la syntaxe. Même bonheur d’inventer des mots, des histoires, des personnages. »


                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      SEBASTIEN LAPAQUE

 

 

Le swing des mots dits

 

 

 

 (2010: Bernard Hinault remet à Christian Laborde la Médaille du Tour de France pour l'ensemble de ses livres consacrés à la Grande Boucle)

 

 

            Christian Laborde ne fréquente pas Le Flore. Ses livres tissent une œuvre littéraire des plus singulières. "A la réflexion, Laborde est un lascar des Lettres françaises ", disait de lui Frédéric Fajardie…

 

Il est de ces écrivains qui sont à la ville comme à la campagne et en littérature. Vifs, drôles, toniques, un brin ironiques. Curieux des autres. Soucieux du monde qui ne tourne pas très rond. Christian Laborde, le cœur ouvert, la plume en alerte, est un boulimique des mots, un bouffeur de verbes. Il aime le vélo, la boxe, les vaches, les platanes, Nougaro, Lubat. Leur point commun ? Le swing. L’art de l’improvisation, leur lien indéfectible avec la terre, la glaise, la sueur. Mais Laborde aime aussi les femmes,  la musique punk, les 2CV, les Pyrénées, le Jurançon, fumer un clope en terrasse un verre à la main à l’ombre d’un platane…

Laborde est entré en littérature par effraction. Rien ne prédestinait ce jeune homme né à quelques encablures du col du Tourmalet à la littérature. C’est la vie, le bruit du torrent qui coule en bas du village, les blouses à fleurs de sa mémé, l’odeur enivrante  des prés au printemps, la froidure de l’hiver, l’émerveillement de la caravane du Tour qui file à vive allure à hauteur de l’enfant, le patois et les « R » qui roulent dans les rues d’Aureilhan, l’accent qui fout la honte mais qu’un poète, Nougaro, aura tôt fait de réhabiliter, qui ont fait que… D’autres deviennent forgerons ou enseignants, flics ou voyous. Laborde sera écrivain.

Lorsque paraît en 1987 L’Os de Dionysos, c’est l’émeute au parloir des gardiens de la morale du temple en robe de bure. Le livre provoque l’ire d’une partie de la communauté éducative et des curetons. Il sera censuré pour trouble à l’ordre public, incitation au désordre et à la moquerie, danger pour la jeunesse en pleine formation physique et morale, pornographie, lubricité, paganisme et, le plus chic, abus de mots baroques. Qu’à cela ne tienne. A la bêtise des censeurs, il réplique par deux recueils de poèmes, puis des romans, de nouveau. En parallèle, il collabore à L’Idiot international. Plus tard, et aujourd’hui encore, il chronique le Tour de France sur RTL. A Avignon l’été dernier, à la Fête de l’Huma cette année, au stand des Amis, il joue, fredonne, vit et respire Nougaro dans un spectacle cousu de chansons de son ami Claude, pour un hommage sincère, joyeux et désordonné au chanteur des Minimes.

Ces derniers temps, il a publié coup sur coup deux ouvrages, La cause des vaches (Ed. du Rocher), plus qu’un pamphlet, un hymne à la vie, aux bêtes et aux honnêtes hommes. Et Le sérieux bienveillant des platanes (Ed. du Rocher), une ode à l’amour, aux femmes, aux anciens, aux platanes…Ecriture enfiévrée, sulfureuse et irrévérencieuse jusqu’au bout du point-virgule, qu’il aime à manier. Et vous tient en haleine jusqu’au point final…

Marie-José Sirach

(L’Humanité, 16 décembre 2016)

                                

 

 

 

                                    Pyrène et les vélos

 

« Ah les belles histoires du Tour, racontées ici avec un brio égal à celui des descendeurs...Christian Laborde aime le Tour parce que celui-ci prend parfois dans les Pyrénées les couleurs de la tragédie. Alors il redevient un môme qui, à côté de son père, applaudit les champions, écrit leurs noms à la craie sur le goudron et vocalise dans la montagne avec les voyelles de leur renommée... »


Bernard Pivot, Lire 1993

                                    Gargantaur


                                                                  Un écrivain qui résiste


Si Christian Laborde gagne à être connu, pareillement, et plus encore sans doute, le lecteur gagne à le connaître.
Tout d’abord, comment ne pas éprouver d’estime pour un homme qui déteste les chasseurs, l’Europe et son Euro, le pouvoir du fric, la flicaille post-moderne, les « élus » gestionnaires, les parcs d’attractions, les e-mails, les banques, Rudolph Diesel, la Modernité, l’énergie atomique, la bourse, les jeux ludo-éducatifs, les 4×4 pour gros cons ?... Et comment ne pas éprouver de sympathie pour un homme qui aime l’Argentine, les femmes, la D.S. « Prestige » vedettedu Salon de l’Auto 1958, l’envol des mouettes, la jolie Clotilde qui se baigne nue dans une rivière, le vent de la pampa, les nuances roses et mauves du ciel, les coquelicots, les eaux jaunes du Paraña qui se joignent à celles de l’Uruguay, les libellules, les vaches qui pleurent, le souvenir d’une péniche sur un chemin de halage un soir d’été?
Gargantaur est un superbe roman et l’on enrage de ne pas bénéficier d’un tel crédit qu’il suffise de le proclamer sans avoir à s’en expliquer. Quoi, à la fin, ma parole ne suffit pas ?...On songe au mot de Pierre Reverdy : «  L’évidence paralyse la démonstration ».
Tentons tout de même, le moins pauvrement possible, d’évoquer ce roman...
Nous sommes dans un futur indéterminé mais du train où vont les choses, c’est à dire du train où se défait un monde qui n’était pas sans élégance, il est à craindre que nous nous trouvions dans un futur très proche. A deux doigts du cauchemar entrevu dans  Métropolis de Fritz Lang (1927) puis Brazil de Terry Gilliam (1985), un demi siècle plus tard. Sans parler d’Orwell... Au fond, Laborde ne fait qu’accentuer les tendances de la société actuelle, les envisageant dans leurs développements ultimes mais y ajoutant, contrairement au sociologue, la grâce et l’efficacité du romancier en colère. Qu’on imagine des centres villes pour nantis où la vie est aseptisée bien que les effets du nucléaire s’y fassent sentir par la bande (si l’on ose dire !) : sous le regard câlin de la poissonnière, le poissonnier sert ses clientes très vite mais il est vrai qu’il a « quatre mains et deux  bites », ceci expliquant la joie des clientes et celle, en vérité d’une autre nature, de la poissonnière. Aux portes de la cité radieuse bourrée de flics, section d’assaut, milice et groupes de combats, on arrive à la zone, lieu de la multitude, terre de métissages où les lascars en colère ne laissent pas mourir le feu : autobus, voitures de pompiers, immeubles, tout brûle à l’image de Gargantaur, complexe à ordures où l’on enfourne frigidaires, porte-avions et autres camelotes qui ressortent en lingots pour fabriquer d’autres frigidaires, de nouveaux porte-avions et infiniment de camelotes.
 Orlando, le personnage central du roman, est chauffeur de taxi. Il roule en D.S. « Prestige », lit beaucoup et choisit ses clients. Dans ce monde si laid, et déjà si proche du notre, il survit grâce au rêve d’Argentine où jadis partit un de ses ancêtres. Au triomphe minable de la marchandise, il oppose Buenos Aires, ville mauresque, terre de félicité et eldorado. Les vieilles façades hispaniques contre le yaourt bio et survitaminé de l’imbécile « heureux ». Le livre d’Albert Londres sur les cargos de la ligne Hambourg-Montevideo contre les hyper surfaces. Le sud coloré et odoriférant contre le nord « clean » et dépressif.
Certes, Orlando pratique l’amitié et connaîtra l’amour mais bon, cette passion si bien décrite (Laborde semble savoir aimer les femmes) ne sera pas des plus simples...
 On ne peut nier aussi qu’épouvanté par ce qui nous attend, certains passages sont d’une drôlerie absolue et nous arrachent un rire nerveux. Par exemple, dans ce meilleur des mondes, les super-Verts feront arrêter en une nuit et à leur domicile tous les chiens de la ville avant de les gazer : trottoirs propres obligent. Mais l’autorité, qui veut hélas bien faire, clônera de malheureux clébards qui seront génétiquement modifiés pour fabriquer le chien sans anus. Adieu, étrons, mais adieu aussi liberté. Triomphe de la propreté dans les villes moches et froides contre déjections canines dans les villes de rêves où règne encore une humanité dont il faut savoir accepter certains inconvénients. Alors, qui sont les barbares ? On a la propreté qu’on mérite.
A la réflexion, Laborde, révérence gardée, est un lascar des Lettres Françaises quand tant d’autres, dont on fait si grand cas aujourd’hui, n’en sont que les poupées gonflables. Laborde est un romancier de tempérament, qui doit avoir beaucoup d’ennemis, comme il est d’usage pour tout bon écrivain. Il est porteur d’un univers. Davantage révolté que révolutionnaire, anti-conformiste qui ne se soumet pas, il est de la famille des Barbey d’Aurevilly, des Bernanos. Ses petits frères s’appellent Sébastien Lapaque et Jérôme Leroy. Il s’agit, on le voit, d’un gentlemen et ne l’est point qui veut.
Bref, comme d’habitude, il faudra cinquante ans pour que les crétins et les jaloux l’admettent, mais en  cette détestable époque, Laborde est un de nos rares bons écrivains.


Frédéric H. Fajardie

                                                 Soror

 

« Christian Laborde reste – il l’était avant Houellebecq et G. Dantec – viscéralement hostile au monde marchand qui envahit, accable, défigure. […] Fureur des âmes et horreur du monde et, par-dessus tout, cette musique des mots, qui joue comme la pluie, calmant ou aiguisant les sensualités. »
Tribune Côte d’Azur  2003


                                            Mon seul chanteur de blues

 

« Loin de la biographie de pensum, un vif récit de l’amitié entre Claude Nougaro et l’auteur. Malgré la différence d’âge, les deux hommes, quand ils se rencontraient, avaient l’impression d’être des jumeaux qui auraient eu pour parents la poésie et l’insoumission. Le même amour de la langue les réunissait. Ces deux enfants du Sud-Ouest s’entendaient donc à entremêler souplesse, esprit et sens du rythme. Autant de qualités dans cet hommage au poète, plusieurs chansons appartenant à la mémoire d’un peuple. Au grès des souvenirs, le fantôme de Jacques Audiberti, de Jean Cocteau et d’Edith Piaf. C’est émouvant. »
Bernard Morlino Le Figaro littéraire, 2005


                                         Le dictionnaire amoureux du Tour

 

« Christian Laborde n'est pas du genre à sauter une lettre de l'alphabet d'un dictionnaire, surtout lorsqu’ il s’agit de celui du Tour de France. Ce serait sacrilège comme une chaîne qui sauterait une dent d'un pignon. De A comme  Abdoujaparov (Djamolidine)  à Z comme  Zéro (boule à) ", jamais un dictionnaire n'a porté l'adjectif  amoureux , avec autant de panache. »


Anthony Palou, Le Figaro magazine 2007


                                                  Corrida Basta


« Le livre est un pur régal! C'est le bouquin qui manquait pour détruire définitivement cette race de crevures que sont les toreros! Olé " Gloire à tous ces taureaux qui ont vengé, vengent et vengeront leurs frères assassinés dans des arènes pour une mini flaque au fond du string d'une poignée de connes, pour un peu de tension dans le slip kangourou des connards qui les sautent! " Christian Laborde, dans un style d'une rare sauvagerie, comme j'apprécie, dézingue la " chorégraphie charognarde" de la corrida avec un rare bonheur. J'aurais aimé écrire ce livre. Trop tard.


Siné, Siné hebdo, 6 mai 2009 



                                          Le soleil m’a oublié

 

 

Ecrivain talentueux, Christian Laborde a plus d’une corde à son arc. Biographe de Nougaro ( « Mon seul chanteur de blues », éditions La Martinière, 2005) et de Renaud (« Renaud », Flammarion, 2008), poète (« Congo », éditions d’Utovie, 1987), pamphlétaire, ennemi juré de la corrida (« Corrida basta », Robert Laffont), essayiste, fou de vélo ( « Le Roi Miguel », Stock 1995, « Dictionnaire amoureux du Tour de France », Plon, 2007), et surtout, surtout, bouillonnant romancier de haut vol ( il faut lire à tout prix son génial «  L’Os de Dionysos », Pauvert, 1999 , mais aussi « Soror », Fayard ,2003) En cette rentrée littéraire, le voici de retour avec un roman uppercut, plein de violence, de suspens, d’amour, de sensualité, de grâce et de folie : « Le soleil m’a oublié ».
Il nous invite à suivre les pérégrinations de Marcus, un jeune garçon à la fois bon, généreux. Et violent. C’est à cause de cette violence qu’il a été contraint de quitter le lycée. Pour la canaliser, il s’adonne à la boxe. Dans cet art, il s’exprime avec talent. Avec passion. Pour gagner de l’argent, il est veilleur de nuit dans un hôtel de passe où ses qualités de puncheur font merveille, au grand désespoir de costauds abrutis d’alcool ou de maquereaux qui se croient tout permis. L’hôtel appartient à Vico, comme le club de boxe dans lequel Marcus s’entraîne. Parfois, après avoir bu, il part cambrioler quelques maisons bourgeoises en compagnie de copains. Un soir, au cours d’un entraînement, il croise Roxane, la femme de Vico. Coup de foudre. Passion immédiate. Il ne peut l’oublier. Il brûle d’amour et de désir. Mais comment l’aborder ? Comme la retrouver ? Vico lui tendra involontairement une perche en lui demandant de venir réparer l’ordinateur de Roxane. Elle finira par lui proposer un rendez-vous. Marcus n’a jamais aimé avec autant d’intensité.
Mais on s’en doute, la belle histoire d’amour se terminera très mal. Car Vico a appris l’aventure de sa femme avec le très jeune homme. Le compte sera réglé à coups de nerf de bœuf…
Le court roman est mené tambour battant. Pas un gramme de graisse, pas un mot de trop dans ce texte étincelant, émouvant, tout en muscles comme un blues de Jimmy Reed.


Philippe Lacoche, Le Courrier picard, mardi 31 août 2010


                    Diane, et autres stories en short

 

 

Marie-Josée Croze lit "Diane"


Christian Laborde fantasme tellement sur les nanas en short qu'il en fait 17 portraits alertes, fuselés, fins et dorés. Je ne comprends pas son fétichisme du short: je préfère les filles en minijupe ( ne serait-ce que pour des raisons pratiques) ou les filles en shot(plutôt de vodka au caramel). Pour tant je l'avoue: comme l'actrice Marie-Josée Croze, j'ai dévoré ses textes la bave aux lèvres. Laborde est un amoureux insatiable(un "perv", dit une de ses héroïnes), il me rappelle Charles Denner dans "L'homme qui aimait les femmes" quand il tape à la machine et articule ceci fiévreusement: " Elles sont des milliers, tous les jours, à marcher dans les rues. Mais qui sont toutes ces femmes? Où vont-elles?"
Connu de nos services de police pour érotomanie publique et manifeste depuis l'interdiction de "L'os de Dionysos" en 1987, Christian Laborde est un dangereux obsédé textuel, béarnais de souche, surnommé "le D'Artagnan des mots" par la revue nantaise "Chiendents". " Diane et autres stories en short" n'est pas un recueil de nouvelles mais un catalogue de femmes: des tranches de fille. Il y a Irène, Anne, Diane(celle du titre), Florence, Mathilde draguée " à Auchan, au rayon frais", Hélène, Rita, Rebecca. Surtout Rebecca, qui lui inspire une rime simple: " le paradis, ici-bas, c'est la culotte de Rebecca."(Je parie que cette fraîcheur aurait amusé Pierre de Reigner, ainsi que toutes les rimes en -a de la page 116). Les poètes ont besoin des muses, en short ou pas. Laborde fait jazzer la langue comme son ami Nougaro, sur lequel il a écrit trois livres; parfois il pousse le vice jusqu'à bousculer l'orthographe: " Je denouerai le ceinture de son peignoir"(page 21, c'est moi qui souligne). La beauté féminine le trouble tant qu'il en changerait presque le sexe des mots.Laborde a milité contre la corrida et pour les ours des Pyrénées. Cette fois, son engagement est quasi religieux. Le short gris de la demoiselle qui lit "Hantises" de Joyce Carol oates à la terrasse du Gotiko Bar peut être considéré comme une relique sacrée.  Son livre est un manifeste primesautier et libidineux, comme " Les jambes d'Emilienne ne mènent à rien" d'Alain Bonnand. Que devient Alain Bonnand? Il se cache, il a disparu. Peut-être s'est-il lassé de n'être pas reconnu à sa juste valeur. Un peu comme Christian Laborde, il est victime de l'indifférence des médiocres. Il n'y a pas qu'en Sirie que le silence peut tuer.


Fréderic Beigbeder Le Figaro Magazine.

 



Lisez "Diane"!


          Madame Richardson et autres nouvelles, suivi de Quai des bribes


On l'avait laissé en 2012 reluquant les shorts - ces « copeaux d'Éros » - de Diane et de ses affriolantes copines (Diane et autres stories en short, Robert Laffont). Après un détour par le Tour de France et un superbe Parcours du cœur battant dans le sillage de son ami Claude Nougaro, oyez ! oyez ! pas le temps de reprendre son souffle car revoilà Christian Laborde, percutant nouvelliste, qui vient nous shooter aux héroïnes de Madame Richardson et autres nouvelles.
Douze textes qui filent à toute berzingue, sans temps mort mais trompettes oui, celles des cuivres de Duke Ellington par exemple, qu'on entend, avec Camélia Jordana, Charles Trenet, Cat Stevens, Vanessa Paradis, et bien d'autres encore, dans la longue playlist donnée en fin de recueil et qui ressemble à la BO de ce livre à sketches, comme d'autres ont fait des films.
Aucun doute d'ailleurs, le cinéma est bien l'une des grandes sources où puise l'encre de Christian Laborde, celui de Lautner peut-être, de Louis Malle sûrement. Sur l'écran noir de ses pages blanches, se déroule la pellicule de quelques troublants courts-métrages : l'éponyme « Madame Richardson » qui prend un amant pour se délivrer d'un mari ennuyeux à mourir, « L'Espagnol » que les hommes regardent de travers au village et qui se tape leurs femmes pour se venger, « La Bamba » et sa cavale d'amour éperdu… On retrouve aussi avec plaisir toute la veine surréaliste de Christian Laborde, lorsqu'il entonne Le blues du cartable de Constance Beaupré, la prof de français sexy du lycée Alexandre-Dumas, ou qu'il nous plonge surtout dans le merveilleux bain d'« Aquarium »…
Mais il faut avouer un faible pour Trois saisons, cette longue valse noire qui commence avec la nostalgie sacrée de Robert Charlebois quand la mère meurt (« Les cantiques, ça vaut pas Je reviendrai à Montréal »), se poursuit dans la douceur tragique de la belle Albane (« et tout ce que son souffle charriait d'enfance, de neige et de nuit, de désastre et d'aube, était à moi »), et s'achève dans l'impossible passion de cours particuliers de français qui dérapent (« Sa bouche, c'était juin. Juin, qui m'avait perdu de vue, venait à ma rencontre »).
Autant d'histoires qu'on traverse d'une traite, fussent-elles parfois empreintes d'une certaine facilité adolescente dans l'écriture, que vient pourtant magnifier, pour les plus réussies, d'éblouissantes trouées poétiques. Rien de plus libre alors, de plus cru parfois, de plus beau en un mot pour dire la beauté de ces héroïnes qui aiment leur corps, le désir qu'il suscite, et la jouissance qu'il procure.
À noter que les douze nouvelles sont suivies de Quai des bribes, qui réunit des Mots éparpillés sur le net et dans les journaux, de la victoire de Carlos Sastre au Tour de France à la mort de Lou Reed. Soit pas moins de 52 « texticules », pour reprendre le mot de Raymond Queneau, où l'on retrouve avec délectation la plume du pamphlétaire et son jeu favori de sacre et de massacre. D'un côté, le concert du pivert de l'avenue des Lauriers, digne élève d'un Bernard Lubat ; le voleur des culottes des femmes d'Adast, cet « amant des plis », ce « lecteur d'étoffes » ; la pluie, miraculeuse, qui « transforme nos toits de tuiles ou d'ardoises en xylophone » ; Laurent Fignon… De l'autre, l'arrogance des 4x4 des « cardiologues incultes » ; les supporters du Qatar-Saint-Germain…
Un plaisir roboratif.


Frédéric Aribit, La cause littéraire  2014  25 mai 2012


                       La cause des vaches


Et si les animaux d’élevage étaient devenus une cause culturelle à défendre ? Des voix s’élèvent pour dénoncer leur réduction en « machine à lait »au service d’une économie devenue folle.
On aurait tort de laisser la question des vaches, et plus généralement la question animale, aux hurluberlus de l’antispécisme, ce courant de pensée qui entend conférer à l’animal un statut similaire à celui de l’être humain et qui estime que distinguer entre un homme et un animal est faire preuve de racisme. La conception que l’on se fait de l’animal a, certes, évolué depuis Descartes, qui ne voyait en lui qu’un automate( « l’animal-machine ») dont les cris, lorsqu’on le torturait, n’étaient que la conséquence de dysfonctionnements dans les rouages et non l’expression d’une souffrance.
Mais à cet extrême répond aujourd’hui un autre extrême, qui propose de traiter les animaux à l’égal des humains et de leur conférer des droits qui empêcheraient les hommes de les élever et de les tuer. Comme le dit Chantal Delsol, «  il y a là un emballement vertigineux et déréglé de l’indifférenciation à l’œuvre dans la postmodernité ». Toute distinction(entre les cultures, les sexes, désormais entre les vivants) devient discrimination qu’il faut combattre.
Pour autant, la manière dont sont traités les animaux d’élevage dans notre société suscite de plus en plus de réactions légitimement scandalisées.
L’écrivain Christian Laborde publie ainsi un petit pamphlet contre l’agrobusiness, lequel est également un poème exalté célébrant ce paisible animal, ô combien lié aux paysages de notre pays et, partant, à son identité profonde. Dans le viseur du pamphlétaire : la fameuse ferme-usine des 1000 vaches, en Picardie. Selon le témoignage d’un ancien salarié paru l’année dernière sur le site Reporterre, les bovins y vivent dans des conditions épouvantables. Les vaches ne voient jamais le soleil ni les prés,  elles sont sales et malades, souffrent et meurent en grand nombre.
A rebours de cette vision d’apocalypse, Christian Laborde se souvient des vaches pyrénéennes de son enfance, qui avaient toutes un nom : Aubine, Cardine, Piguéte, Mascarine, Paloume, Poulide, Aricade….Il se souvient des étables à taille humaine où virevoltaient les hirondelles et où les bêtes étaient correctement soignées par les fermiers, du curé qui  bénissaient le troupeau en gascon à grand renfort de signes de croix. Il rappelle que le jour où elles regagnent les prés, après l’hiver passé à l’étable, les vaches dansent : « [Elles] meuglent, certaines levant la tête, d’autres la maintenant baissée[…].Puis, l’une d’elles, s’élance, d’un bond, les pattes avant griffant l’air vif. Lorsqu’elles touchent de nouveau le sol, ce sont celles de derrière qui à leur tour se soulèvent[…] et toutes ces vaches, et toutes ces bêtes que l’on croyait balourdes font montre, dans la lumière et le vent retrouvés, de tout leur talent, de toute leur grâce », écrit celui qui n’oublie pas de rendre hommage à Saint François d’Assise, le magnifique illuminé qui parlait aux oiseaux.
C’est cette même danse des vaches, découverte dans un documentaire diffusé sur Arte, qui a convaincu le philosophe Alain Finkielkraut de faire figurer une tête de vache sur son épée d’académicien. « Remonté contre l’élevage intensif, je ne me résigne pas à la fermeture des fermes », déclarait-il peu avant sa réception à l’Académie française, en janvier dernier.
C’est bien en effet dans l’élevage intensif que réside le problème. Un mode de production dans lequel il revient désormais trop cher de soigner correctement ses bêtes si l’on veut rester compétitif. Telle est la triste réalité d’un monde qui n’accepte plus aucune contrainte autre que celle de l’économie, à laquelle tout doit être soumis, et qui est prêt à sacrifier pour elle jusqu’à l’âme du pays.


Olivier Maulin Valeurs Actuelles, 12 mai 2016


De Claude Nougaro, son ami, son modèle, auquel il a consacré des livres filiaux et dont il transmet la bonne parole de ville en ville(il exaltera « l’Homme aux semelles de swing » au Festival d’Avignon, du 7 au 30 juillet), l’intranquille et réfractaire Christian Laborde a hérité de l’art de jongler avec les mots, la fibre jazzy, le physique de boxeur et l’accent tonique du Sud-Ouest. Même quand il râle, fulmine et part en guerre, on dirait qu’il chante, danse et s’esclaffe. Cette fois, le défenseur des ours des Pyrénées et des taureaux que la corrida martyrise se bat « pour le droit des vaches à disposer de l’herbe » et contre la ferme-usine picarde des mille vaches, ce camp de torture et de mort, ce « stalag de béton et de fer ». Avec une rage voltairienne, il vitupère « les Vanderdendur de l’agrobusiness »(allusion à l’esclavagiste de « Candide »), en appellent à tous ceux qui ont célébré la vache(de la peintre Rosa Bonheur au poète Norge, de saint François d’Assise à Roger Vitrac), se remémore les prairies laitières de son enfance, sur les bords de l’Adour, et les rues d’Aureilhan, où les belles ruminantes avaient la priorité. Comme toujours, Christian Laborde, balançant à chaque page ses « jabs syllabiques », excelle dans l’excès. La preuve avec « la Cause des vaches »(Rocher, 15 euros), à la fois pamphlet contre la dictature de la « désanimalisation » et chant d’amour à des bêtes qu’il compare à des danseuses étoiles, des coureurs cyclistes, des rockeuses, de merveilleux nuages et des messagères des dieux. Sûr que Nougaro en aurait fait une chanson punchy.


Jérôme Garcin, L’Obs, 25 mai 2016

 

                                                                                   

                                                                          "Un réel souffle poétique", Michel Houellebecq, membre du jury

                     Le sérieux bienveillant des platanes


Ce qui frappe chez Christian Laborde, troubadour de l’Adour, swingueur intempestif qui a su faire à l’occasion danser la langue avec ses compatriotes et amis du Sud-Ouest comme Nougaro ou le jazzman Bernard Lubat, c’est une forme de constance. Il est toujours en guerre, depuis presque trente ans, contre l’ennemi le plus dangereux qui soit: le désenchantement du monde. Il a ainsi passé les trois dernières décennies à vider ses chargeurs sur la grisaille clinquante d’une société qui a commencé à installer son cauchemar mal climatisé dans les fatidiques années 80. A l’époque, qui est aussi celle où il a collaboré à L’Idiot international, il pouvait paraître alarmiste. Aujourd’hui il est devenu le greffier lyrique de nos renoncements et nos amnésies. Attention, si Laborde regrette le monde d’avant, il n’est pas pour autant nostalgique : il y a trop d’énergie, d’électricité soyeuse dans ses romans, ses essais, ses nouvelles, ses poèmes. Il suffit de lire ses deux derniers livres pour s’en convaincre : La cause des vaches, un pamphlet qui a beaucoup fait parler de lui juste avant l’été et un roman qui sort pour la rentrée littéraire, Le sérieux bienveillant des platanes, dont le titre emprunté à Jean-Claude Pirotte, autre paysagiste vagabond disparu il y a deux ans, nous indique si besoin était que l’on est en bonne compagnie.
De quoi avons-nous fait le deuil ou plutôt de quoi doit-on refuser de faire le deuil, voilà la question qui forme la colonne vertébrale de cette œuvre qui a célébré et qui célèbre, dans le désordre, les femmes callipyges, les ours, les paysages, les vaches, les arbres ou encore le courage des coureurs cyclistes, les idoles de Laborde qui à l’instar d’Antoine Blondin, connaît les plaisirs des caravanes du Tour de France où le dépassement héroïque de soi a pour décor les villages du vieux pays au lieu des remparts de Troie mais reste le même depuis plus de deux mille ans.
Laborde est entré en littérature par un scandale mais ce qui est important, sans le rechercher. C’était en 1987. Son premier roman, L’Os de Dionysos, était publié par un petit éditeur du Sud-Ouest et a été interdit, presque aussitôt, par les tribunaux avec notamment, dans les attendus du jugement, une étonnante « incitation au paganisme. » Laborde, parce qu’il était aussi professeur dans un collège religieux, était devenu un railleur subversif, un pornographe vicieux et on imagine sans peine ce que durent être les conspirations mauriaciennes pour étouffer ce livre. Heureusement, en 1989, le titre était repris par Régine Deforges et connaissait un succès qui mit Laborde à l’abri. L’auteur se demande encore aujourd’hui s’il était l’ultime victime d’une censure old school de type pompidolien ou la première de ce néopuritanisme qui laisse la pornographie s’étaler sur Internet mais s’interroge gravement pour savoir s’il serait aujourd’hui opportun de publier Lolita.
Laborde était tout entier dans ce premier roman, c’est à dire un païen sensuel, ce qui prouve que les juges avaient vu juste. Comme le dieu qu’il prenait pour intercesseur, il montrait son goût pour la danse, la démesure, le plaisir. Son héros, professeur de français, luttait contre la bêtise et la médiocrité de ses collègues et de ses supérieurs. Il avait deux armes à sa disposition, les mêmes qu’il utilise encore aujourd’hui : l’écriture et la femme. Dans L’os de Dionysos, la femme s’appelait Laure d’Astarac. A la femme, il devait d’oublier son quotidien, à l’écriture d’échapper à un destin de mort vivant. Dans Le sérieux bienveillant des platanes qui raconte l’histoire d’un poète marginal, un peu rocker, un peu voleur revenant dans son village d’enfance en compagnie de Joy, une prostituée, pour aller enterrer son grand-père, un ancien de la Légion étrangère, on retrouve la même oscillation entre la chronique acide d’une société enlaidie et la joie panique, totale, d’être au monde et de le dire. Dans L’Os de Dionysos, la célébration du cul de Laure succédait ainsi au portrait d’une principale frustrée tandis que dans Le sérieux bienveillant des platanes, ce sont les seins de Joy qui font oublier à l’enterrement la présence d’un père créatif, ex-soixante-huitard, chainon volontairement manquant de la transmission entre le grand-père et le petit fils.
Ce qu’on ne pardonne pas aux écrivains dont on condamne les livres, depuis Flaubert et Céline, c’est le style parce que le style, loin de toute codification porno, rend la sensualité vraie des corps dans l’amour comme l’explique Tom, le héros des Platanes : « Seul le frémissement des seins sous un chemisier peut rivaliser avec celui du feuillage quand le vent d’été s’égare dans les branches des arbres. C’est un truc que je sais et ne lis nulle part. Y a pas le corps dans les livres d’aujourd’hui bien que leurs auteurs prétendent le contraire. Ca exhibe, ça affiche, ça filme de près, mais le corps, ils le ratent, ils passent à côté, parce que le merveilleux, c’est pas leur truc. Ce sont des huissiers, des adeptes de l’inventaire. Et les poètes, les mecs qui marchent à l’imagination, ils les dénoncent aux flics. »

Il est vain d’essayer de classer politiquement Laborde. On se souvient de l’avoir croisé en 2002, dans les parages des soutiens à la candidature de Jean-Pierre Chevènement. Cela n’avait pas été une mince affaire de convaincre cet Occitan amoureux de son terroir de soutenir le candidat du jacobinisme retrouvé. Mais il y avait chez Chevènement une manière d’aimer la France d’avant et chez Laborde de ne pas concevoir son régionalisme autrement que comme un universalisme qui avait permis une synthèse.
On retrouve cette synthèse dans La cause des vaches où il nous parle de la manière concentrationnaire dont fonctionnent les néo-fermes de l’agrobusiness et où son indignation flamboyante s’appuie sur une vraie documentation. Déjà, il s’était fait connaître pour son opposition à la corrida et au tunnel du Somport qui allait mettre en danger nos amis les ours. Et pourtant il n’y a  rien d’un végan antispéciste chez Laborde. Il n’aime pas les vaches comme des égales, il aime les vaches comme  il aime les platanes qui disparaissent le long des routes au nom du principe de précaution pour les automobilistes : parce que le monde est plus beau avec des vaches heureuses et des platanes ombreux que sans : « Quand je te parle des vaches, je te parle de toi, également de lenteur. C’est pas un truc de vieux, la lenteur. La lenteur, c’est un truc de gourmand. II s’agit d’écouter, de regarder, de savourer, de méditer, comme le faisaient les vaches. Je les ai vues faire, les vaches. Elles n’accéléraient jamais. Le sabot sur le champignon, jamais. »


Jérôme Leroy, Causeur 11 septembre 2016

(1) : Danse avec les ours,  Régine Deforges, 1992 ;  Corrida, basta !, Robert Laffont,  2009.

 


 

 

 

Les derniers seront les premiers

 

Un journaliste professionnel ne devrait pas parler de ce livre : trop tard, il ne figure plus dans « l’actu ». Le Sérieux bienveillant des platanes, de Christian Laborde fut publié le 18 août 2016, autant dire il y a un million d’années. Ce n’est pas faire injure à son auteur que d’affirmer que ce livre ne fut pas l’événement de la rentrée. Les libraires l’ont probablement déjà remplacé sur leurs étals par un des romans à paraître la semaine prochaine, ceux de Pennac, Rouart ou Lambron. Il n’a pas obtenu de prix littéraire, il n’a pas fait scandale, il n’est passur la liste des best-sellers. Pourtant  ce petit roman buissonnier vous offre une parenthèse enchantée si, comme toute personne saine d’esprit, vous avez envie d’échapper quelques instants à votre famille entre Noël et le Nouvel An…

Tom, un rockeur gascon, emmène Joy, une princesse prostituée, à l’enterrement de son grand-père. Ils traversent le sud-ouest de la France en Volkswagen. Avec leurs amis, ils volent des verre en cristal pour y verser du vin tannique, tout en se dopant à la « poule au pot belge ». Les voilà partis dans une virée anarchiste et écoutant Wasting my Young Years de London Grammar, une fuite qui rappelle les exodes ruraux d’Olivier Maulin, vers un deuil qui révèlera des secrets datant de la guerre…

Christian Laborde n’est pas n’importe qui : le dernier écrivain censuré en France, pour « trouble illicite, incitation au désordre et à la moquerie, pornographie,[…] danger pour la jeunesse en pleine formation physique et morale » selon le jugement du tribunal de Tarbes en 1987. Une décoration plus prestigieuse que la Légion d’honneur. Il n’écrit pas, il scande. Cet exégète de Claude Nougaro rythme ses phrases comme le troubadour toulousain. Le lisant, on entend son accent syncopé. Laborde, c’est un rappeur avec du vocabulaire, un slameur qui aurait lu Céline (pas Dion, l’autre). Une racaille rocailleuse et rabelaisienne. Parfois il en fait trop ? Objection, votre honneur : il faut trop de tout, car comme disait Ted Nugent : « Si c’est trop fort, c’est que vous êtes trop vieux. » Je peux vous assurer que cette odyssée occitane respire la joie et la liberté. En plus, c’est vrai qu’ils ont un sérieux bienveillant, les platanes, sauf quand on fonce dedans sans airbags. En conclusion, n’oublions pas le principal : personne n’a lu L’Ecume des jours à sa sortie. Ne prenons pas la vitesse de rotation des offices pour un critère de qualité éditoriale. Le succès est à la littérature ce que les sondages sont à l’élection.

Frédéric Beigbeder

Le Figaro magazine, 31 décembre 2016

 

 

 


 

Contact