Christian Laborde

> Performances > Mots dits sur le Tour

Mots dits sur le Tour

le 13/02/2020


 

 

 

 

 (Photos: Fernand Fourcade)

 

24 fevrier 2020 : Loudenvielle

 

 

 

 

 

A vous la route du Tour, à vous Christian Laborde !

L’écrivain Christian Laborde qui, il y a quelques jours, donnait son one-man-show « Nougaro by Laborde » à l’Auberge des Percharde à Bilhères-en-Ossau, sera le 24 février, à 20h30, à Loudenvielle, au cinéma l’Arixo, pour son spectacle « Je me souviens du Tour ». Christian Laborde racontera l’épopée du Tour de France dans les Pyrénées. Laborde se souvient aussi bien de  Luis Ocaña chutant dans le col du Menté en 1971 que du Normand  Paul Duboc auquel une main criminelle tend un bidon empoisonné à Argelès-Gazost en 1911. Le Peyresourde, l’Aspin, l’Aubisque, le Tourmalet, l’accordéon d’Yvette Horner,  les coureurs et leurs surnoms, Anquetil  participant à un… méchoui avant d’escalader le col d’Envalira en 1964, Bernard Thévenet l’emportant à La Mongie le 14 juillet : Laborde se souvient de tout. Il se souviendra tout particulièrement de Raymond Poulidor qui nous a quittés le 13 novembre 2019.   La route du Tour est avec Laborde une route enchantée. A ne pas manquer.

La Dépêche du Midi , 13 février 2020

 

 Loudenvielle

 

 

Le Tour de France dans les Pyrénées

 

Le lundi 24 février, l’Arixo recevait Christian Laborde qui, à sa façon, nous a fait revivre quelques étapes du Tour de France dans les Pyrénées. Le Tour de France n’a aucun secret pour l’écrivain bigourdan et il sait en conter les anecdotes authentiques, émouvantes ou affligeantes, les chutes ou les duels dans les cols haut-pyrénéens, la caravane et le public. Avec humour et poésie, il se joue de la toponymie rapportant tout le récit au Tour de France. Par les talents de conteur de Christian Laborde, l’auditeur revit les drames, les victoires, se souvient des coureurs oubliés, des échappés ou des vainqueurs, tous stars de la Petite Reine. Robic, Fausto Coppi, Virenque, Bahamontes, Nibali, Merckx, Eugène Christophe et tant d’autres se côtoient, se battent pour leur classement et retrouvent leur place dans l’évocation animée de certains moments du Tour de France. Hommage aussi à Yvette Horner, la célèbre accordéoniste qui, de 1952 à 1963, accompagna les cyclistes au cours de leur épopée. L’étape pyrénéenne du Tour 2020 arrivera à Loudenvielle et il se peut que Christian Laborde la fasse entrer dans l’histoire du Tour de France dans les Pyrénées.

Annie Nestier, La Nouvelle République des Pyrénées

Jeudi 5 mars 2020

 


 

 


Juin 2018: mots dits sur le Tour en Bigorre

 Je raconte la Grande Boucle:

-le vendredi 8 juin à Tarbes, à 18h, salle Henri-Borde, Hôtel Brauhauban.

-le vendredi 15 juin, à Bagnères de Bigorre, à 18h, à l'Espace Maintenon.

-le vendredi 22 juin, à Trie-sur-Baïse, à 18h, à la salle du Monastère des Carmes.

-le vendredi 29 juin, à Saint-Lary-Soulan, à 18h, à la salle du Patrimoine.


 

 

 

            Christian Laborde, l’écrivain, le poète, le conteur, le tchatcheur, a raconté le Tour de France, à Tarbes, Bagnères-de-Bigorre, Trie-sur-Baïse, Saint-Lary, puis Argelès-Gazost, en juin 2018

           A quelques petites semaines du départ du 105eme Tour de France,  c’est depuis le centre culturel Maintenon, dans l’atmosphère intimiste d’une causerie, que Christian Laborde nous a proposé de plonger dans l’ambiance de la Grande Boucle et de revivre quelques-unes deces anecdotes dont il semble être le seul à connaître tous les détails, comme si on y était. Une vraie performance.

Car ce chroniqueur manie aussi bien le verbe qu’il se passionne pour l’épreuve reine du cyclisme et ses acolytes. Il en a livré quelques pépites, certaines bien peu connues du grand public et toutes passionnantes. Un moment palpitant qui a entraîné l’auditoire à la rencontre quasi réelle de ceux qui ont écrit quelques-unes des meilleures pages de l’histoire du Tour. On y croise, tour à tour,  Raymond Poulidor(« Poulie d’or ») , Bernard Hinault, jacques Goddet ou encore Yvette Horner, on grimpe le Tourmalet, le col d’Aspin(« col des Sapins »)…et nous voilà prêts à s’enthousiasmer pour cette nouvelle édition qui, les 25 ,26, 27 juillet  prochain, passera par la Bigorre.

V.T.(La Dépêche du Midi, 18 juin 2018)

 

 

 

 

 

 

 Une étape de plus....


 

 

 

 

 

Christian Laborde à Argelès-Gazost

 

Le Tour de Bigorre de Christian Laborde continue, s’enrichit d’une étape supplémentaire. Après ses causeries de Tarbes, de Bagnères-de-Bigorre, de Trie-sur-Baïse et de Saint-Lary, l’écrivain et conteur sera à Argelès-Gazost, invité par l’Association  Des Mots pour le dire. Christian Laborde   racontera le Tour de France, avec sa verve et son swing, le samedi 30 juin, à 20h30, au petit Théâtre de la gare : « C’est toujours un bonheur pour moi de venir à Argelès-Gazost, pays des Géants du Tour et de mon ami Jacques Chancel…Qui plus est, j’adore le Petit théâtre de la gare. Le public est installé au raz de la scène. C’est une scène basse, si bien qu’on l’on se retrouve parmi  les spectateurs. C’est parfait pour la parole, pour les mots, parfait pour raconter des histoires, les histoires du Tour ». Un rendez-vous à ne pas manquer avant d’applaudir en juillet Alejandro Valverde, Nairo Quintana, Romain Bardet, Christopher Froome et tout le peloton dans les grandes étapes des Pyrénées.  

(30 juin 2018)

 


 

 

 

Tout y était !

 

Tout y était : les éclairs, la grêle, la pluie, dans cette descente cauchemardesque.

Tout y était : ce coude à coude de légende qui brusquement devient tragédie.

Tout y était : le calvaire de Luis Ocaña, comme un Christ sur son chemin de croix.

Tout y était, dans la voix haletante, le rythme heurté, le crescendo de l'émotion jusqu'à l'angoisse.

Tout y était, dans ces moments qui font écho à l'implacable destin des tragédies antiques : Luis, « le soleil du Tour », désormais matador en habit de ténèbres, grand d'Espagne déchu sur une route noyée d'orage.

Un inoubliable moment d'émotion.

Quand Christian Laborde raconte le Tour de France, il le vit, tour à tour gouailleur, amusé, attendri, admiratif, fasciné ; clin d 'œil au populaire rassemblé autour du saucisson-vin rouge, souvenir d'enfance au parfum nostalgique (Aureilhan, papa, mémé ne sont jamais bien loin!), mosaïque de portraits qui font lever dans nos mémoires la bonhomie de Poulidor, le panache d'Anquetil, la singularité de tous ceux qu'un cliché continue d'appeler « les géants de la route ».

En cette époque frileuse où règne le principe de précaution, il est  salutaire de partager ces minutes de fantaisie, de démesure, de folie : Christian Laborde nous offre, avec toute sa générosité, sa passion pour le Tour.

MERCI !

 

Françoise Pauly, Argelès-Gazost

 Argelès-Gazost: raconter  les Géants de la route en présence de l'un d'entre eux


 


 

 

Dans la loge, en compagnie d'Hubert Arbes, équipier de Lucien Van Impe lors de la victoire de ce dernier sur le Tour en 1976, puis de  Bernard Hinault durant l'épopée du Blaireau

 

 

 

 

 

 

 

"Christian Laborde ne raconte pas le Tour: il le vit"

A.B. (La Nouvelle République des Pyrénées, 7 juillet 2018)

 


Contact