Christian Laborde

> Livres > André Darrigade

André Darrigade

le 15/05/2020

 

 

 

 

 

 

André Darrigade

le sprinteur du Tour de France

 

en librairie le 19 août ...en librairie le 19 août...en librairie le 19 août...en librairie le 19 août...

 

 

 

 

15 avril 2020

 

 

 

Sur le Plateau de Pascal Praud, depuis Pau, via Skype:

" Le Tour en septembre: merveilleux! Il fait beau dans les cols en septembre...Que monsieur Blanquer retarde la rentrée des classes afin que les élèves puissent applaudir les Géants du Tour"

 

 

 Le livre: la couverture, la quatrième , les rabats.

 

 

 

 

 

Rabat 1

 

André Darrigade et Jacques Anquetil sur la piste du Vél d'Hiv

 

Rabat 2

 

 

André Darrigade, champion du monde, avec Mathieu Taris, père blanc, Giro 1960

 

 

 Avec André Darrigade, à la Médiathèque de Biarritz,

lors de la sortie de mon roman  "Tina", en 2018

 

     

 

La rencontre autour de Tina et la séance de dédicaces terminées, nous avons diner, avec André et  son fils Patrick,  à  La Table Basque. Et c'est au cours de ce dîner que j'ai fait part à Darrigade d'écrire  sur lui. Il était d'accord. Il me raconterait. Il m'a raconté.

 

 

Quatre questions, pas plus

 

 

André Darrigade et Pierre Albaladejo sur les routes landaises

 

-Pourquoi Darrigade ?

-Parce que je n’avais  jamais écrit sur un sprinter. J’ai loué les grimpeurs, comme Charly Gaul, j’ai raconté le duel Anquetil-Poulidor sur les Pentes du Puy de Dôme, l’épopée silencieuse de Miguel Indurain, mais le sprint, jamais. J’ai donc choisi le plus grand sprinter de l’histoire du Tour.

-Le plus grand ?

-Oui,  le plus grand. Car André Darrigade ne se contente pas de sortir  à 300 mètres de la ligne,  amené par ses équipiers comme  le fait le sprinter d’aujourd’hui qui, par ailleurs,  ne manque pas de classe.  André Darrigade, c’est autre chose, une autre aventure, un autre gabarit. D’abord, André Darrigade participe à l’échappée du matin. Et  quand cette échappée qu’il a parfois lui-même initiée va au bout, il  l’emporte au sprint avec deux ou trois longueurs d’avance.  Ensuite, André Darrigade ne sprinte et ne pense à sa pomme qu’une fois son boulot d’équipier d’Anquetil terminé. A plusieurs reprises, durant le Tour, André Darrigade a dû lever le pied et renoncer au bouquet parce qu’il fallait donner un coup de main à un Anquetil retardé ou en difficulté….

-Qu’est-ce que vous aimez chez Darrigade ?

-L’homme et le champion. L’homme, c’est-à-dire le fils de métayer qui  échappe à la charrue grâce au vélo. Le champion, c’est-à-dire le cycliste qui brille à la fois sur la route et sur la piste. Car André Darrigade c’est le Tour de France, plus la piste du Vél d’Hiv. Et j’ai beaucoup aimé le vent.

-Le vent !!

-Oui, le vent. Car écrire sur un sprinter, c’est écrire  sur le vent. Gaul, c’est la montagne, la neige, la cime. André Darrigade, c’est le vent, le duel avec Eole.   

 

 

Tour de France 1959


Contact